Famille devant un magasin pour choisir ce qu’ils veulent acheter.

La lecture rapide est un domaine qui monte qui monte… Lorsque nous comparons entre aujourd’hui et il y a à peine 5 ans, nous constatons qu’il existe de nombreuses offres de formations. Parfois le lecteur qui veut progresser a du mal à choisir. Ceci est tout à fait normal et cet article vise à vous accompagner pour bien choisir vos formations.

Le marketing

Étant donné qu’il faille atteindre le public par Internet, le marketing devient un outil indispensable. C’est le moyen parfait pour présenter son entreprise et la lecture rapide. C’est un peu la devanture du magasin et la façon aussi d’agencer les produits à l’intérieur de son local commercial. Mais en même temps, l’utilisation d’un marketing agressif et invasif peut faire douter. Que se cache-t-il derrière tout ce tapage? Pour les centres de formation, c’est une exercice d’équilibriste. Le challenge est un marketing capable d’attirer les gens mais sans être trop tapageur.

Étal de magasin avec des fruits et légumes.
Le marketing est utilisé dans les produits physiques aussi bien que dans les formations de lecture rapide.

Voici quelques conseils afin d’analyser le marketing utilisé pour présenter les formations de lecture rapide ou autres:

Le mensonge des formations

Beaucoup de vendeurs de formations, vantent les mérites de leurs produits au point parfois de mentir. Cela n’est pas propre à la lecture rapide mais concerne tous les produits commerciaux. Cependant il y a une différence entre mentir pour vendre du Coca Cola et mentir pour vendre des formations. Dans le deuxième cas, on propose des solutions visant à faire progresser les personnes! Sur quels aspects les vendeurs peuvent-ils mentir ? Par exemple ils peuvent inventer des diplômes qu’ils n’ont jamais eu. Cela nous rappelle les polémiques concernant des personnalités qui ont modifié leur CV pour se rendre légitime aux yeux du public. Pour n’en évoquer qu’un seul, on se rappelle cet homme politique qui fut ministre de l’intérieur. Il a menti sur ses diplômes de droit qui n’ont jamais été retrouvés par les journalistes…

L’abus

La plupart du temps ce n’est pas le mensonge qui est utilisé mais plutôt l’abus. Quelle est la différence entre les deux? C’est de laisser des non-dits pour inciter le client à imaginer lui-même les choses sans les avoir mentionnées. Par la suite si vous faites la remarque «l’abuseur», se défendra. Il prétextera qu’il n’a rien dit explicitement mais que ce sont les gens qui ont imaginé les choses.

La pédagogie et l’accompagnement

S’il devait y avoir un seul facteur pour choisir une formation, ce serait la pédagogie. La pédagogie c’est l’art d’enseigner et d’accompagner. C’est l’élément le plus important pour parvenir à un travail sérieux et former les stagiaires. Les centres de formation qui priorisent l’aspect financier dérogent à leur mission première. Avant tout ils doivent dispenser des enseignements. Le client dépense son argent pour apprendre. Mais en échange il doit bénéficier d’un enseignement de qualité pour l’aider à devenir un lecteur rapide.

Soyez vigilant lorsque vous avez affaire au marketing. Même si c’est un outil indispensable, vous devez vérifier les informations. Vérifiez les produits de formation mais aussi ceux qui les dispensent. D’ailleurs la question du formateur est la plus importante.

Le formateur

C’est un critère fondamental à prendre en considération dans le choix d’une formation. Tout le monde ne peut pas s’improviser formateur et encore moins dans un sujet aussi sensible que la Lecture Rapide. Il y a plusieurs catégories d’acteurs qui dispensent de la lecture rapide mais ils ne sont pas tous de vrais formateurs.

Image du professeur de lecture rapide qui aide un étudiant qui a choisi la bonne formation.
Le professeur de lecture rapide agit autant sur les compétences techniques sur sur l’aspect psychologique de l’apprenant.

Nous allons lister quelques catégories existantes :

L’animateur de Lecture Rapide

C’est quelqu’un de passionné par le sujet mais qui manque cruellement de pédagogie. Il incapable de faire arriver l’apprenant aux compétences visées. L’animateur représente catégorie la plus répandue chez ceux qui enseignent la lecture rapide. Son point fort est l’animation de formation. Cela veut dire qu’il est capable d’animer et de rendre vivantes les formations mais dans la forme principalement. Son point faible c’est son déficit pédagogique qu’il tente de combler par l’exacerbation de la motivation chez le stagiaire. L’autre point faible c’est son manque d’expérience dans la lecture rapide. Parfois, des personnes proposent des formations alors qu’elles ne connaissaient pas la lecture rapide il y a 3 mois!

Le formateur de Lecture Rapide

Il s’agit de quelqu’un possédant les compétences techniques de formateur. Il est capable d’accompagner un apprenant, le faisant passer du stade de novice à celui de pratiquant confirmé. Son savoir-faire réside dans sa pédagogie de formation et son expérience dans le domaine. Il est en mesure de construire un parcours de progression. Ceci permet aux stagiaires de réussir, peu importe le niveau de départ. Le formateur de lecture rapide est armé de sérieuses compétences de transmission mais aussi de suivi.

Le professeur de lecture rapide

C’est le niveau de transmission le plus élevé. Il possède à la fois les qualités de l’animateur et du formateur, sans leurs inconvénients. Sa «supériorité» réside dans sa capacité d’analyse de son domaine et la réflexion qu’il y porte. Pour arriver à ce niveau il est essentiel qu’il formalise sa pensée. Souvent il a rédigé un mémoire universitaire ou un livre. Dans le cas de l’écriture d’un livre, il l’édite chez un éditeur spécialisé évitant l’auto-édition ou les éditions de développement personnel. Cet ouvrage présente les idées que le professeur de lecture rapide déploie dans ses formations. Mais on y trouve aussi les principes auxquels ils se rapportent pour exercer son professorat. Il représente le vrai enseignant.

J’espère que cet article vous aidera à choisir les bonnes formations. Evidemment, ce ne sont que des analyses personnelles. Mais elles sont le fruit de de plusieurs années d’enseignement et d’expérience de la formation. Enfin le dernier mot revient toujours à l’apprenant qui cherche une formation. C’est en effet lui qui va dépenser son argent et à qui revient la responsabilité de demander des garanties.

Eric Lecteur
Contributeur pour le blog

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.